| SOMMAIRE | Musiques actuelles : Zone Libre | PHOTOS live Zone Libre |
 

Musiques actuelles et émergeantes : Zone Libre

Zone Libre est un projet expérimental qui navigue dans l’expression, sans véritable schéma. Sous l’impulsion de Serge Teyssot-Gay (Noir Désir), Marc Sens et Cyril Bildeau, sortent en 2007 un premier album « Faites vibrer la chair ». Pour l’occasion, le trio crée son propre label « T-Rec ». Le titre du premier opus semble être le mot d’ordre du groupe, au sens propre comme au sens figuré, car pendant leur set c’est vraiment ce sentiment qui prédomine.

Après des connections et des essais avec Hamé, qui leur présente la jeune Rouennaise Casey, le groupe fait fonctionner le principe de la Zone Libre. Très vite, les trois musiciens joignent leurs sons avec les flots de Hamé et de Casey.

Serge Teyssot Gay : C’est une histoire faite de rencontres avec des gens qui ont des choses en commun. A partir de là nous avons construit un projet, et voilà ce qui en sort.

Serge, Marc et Cyril donnent leurs sons à Casey et Hamé. Un an et demi plus loin, Zone Libre collectif Rock-Rap se retrouve à la Nef d’Angoulême pour l’enregistrement du second opus. Bob Coke (Manager de Ben Harpper) qui faisait les façades sur Noir Désir, fait le son de l’album. A la première écoute de L’Angle Mort. Indéniablement ce qui saute aux oreilles, c’est la colère des sons qui fait corps avec la colère des mots. Inévitablement, cet album nous invite à la réflexion sur le quotidien.

Durant l’été 2009, sur les festivals, Hamé disparaît du collectif, B. James apporte sa constance au côté de Casey. La tournée d’automne confirme la présence du rappeur dans l’équipe de Zone Libre.

Serge Teyssot Gay : Les premiers concerts que nous avons fait avec Zone Libre, c’était avec B.James. Son retour dans le collectif est logique.

B.James : Nous avons déjà joué ensemble et on se connaissait avant. Ce n’était pas compliqué pour rentrer dans le collectif. La seule difficulté c’est que je ne suis pas sur l’album. Pour les gens, c’est compliqué dans la mesure où j’apporte ma personnalité et donc mes textes.

Casey : En effet, dans le rap on ne fonctionne pas dans l’interprétation. Cela ne se fait pas. B.James a donc écrit de nouveaux textes qui se substituent à ceux de Hamé.

Zone Libre, ce sont des textes politiques dans lesquels la langue de bois n’existe pas. Que pense Zone Libre de « l’Identité Nationale » tant entendue dans les médias depuis quelque temps ?

Casey : Personnellement, ça m’évoque qu’on s’autorise à y penser, parce qu’on nous demande d’y penser. Messieurs Sarkozy et Besson nous sollicitent pour penser à cela, alors tout le monde tombe dans le piège et accepte cette pensée. Cela me semble très affligeant.

Serge Teyssot Gay : Cela d’une part et, bien évidemment, pour récupérer les voix de l’extrême droite. C’est un calcul politique.

Zone Libre prouve sans complexe que l’union Rock-Rap est une évidence. Ces personnalités fortes font évoluer les clivages musicaux. Avec Zone Libre, nous sommes à des années lumières du bourrage de crâne de l’industrie du disque et de sa complicité télévisuelle qui estampille « Vu à la Télé » pour bouster les ventes du produit « Album ».

Ce sont les gens qui font ce qu’ils sont au plus profond de leur « être », qui accomplissent leur œuvre sans concession à la vindicte marchande, qui font vivre l’Art.

 

Propos recueillis par Rv Dols - herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

 

 

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit rédaction et publicité : yasmine@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex